Le DIM PAMIR soutient une approche de la science ouverte, qui s’inscrit dans les priorités définies par le Deuxième plan national pour la science ouverte (2021) :

  • généraliser l’accès ouvert aux publications
  • structurer, partager et ouvrir les données de la recherche
  • ouvrir et promouvoir les codes sources produits par la recherche
  • transformer les pratiques pour faire de la science ouverte le principe par défaut

Son originalité repose sur :

  • le fait qu’elle cherche à transformer les pratiques de recherche en partant des pratiques existantes, selon une approche bottom-up et réaliste
  • son caractère collaboratif

Dans ce cadre, il s’agit de développer et de mettre en place des outils, où la question de la documentation des données est une question centrale, notamment pour assurer la traçabilité des données, fouiller les données, stocker de façon accessible et/ou pérenne données et logiciels, et intégrer la réflexion sur les formats et les standards pouvant contribuer à générer un véritable patrimoine numérique dans le domaine des systèmes anciens.

La science ouverte se retrouve dans plusieurs dimensions du DIM :

  • l’axe méthodologique Données et méthodes numériques a pour but de soutenir l’étude des patrimoines matériels par le développement de méthodes originales, tant en mathématiques qu’en sciences de l’information
  • la Politique de science ouverte du DIM PAMIR décline les différents objectifs du DIM relatifs aux trois piliers de la science ouverte : publications, données et logiciels. Elle fait référence aux documents demandés pour les appels à projet Doctorat et Post-doctorat, à savoir un plan de gestion de données et une politique de réutilisation des données (inspirée de la Data Reuse Charter élaborée dans le cadre de DARIAH), et pour les appels à projet Équipement, une politique d’accès à l’équipement
  • l’organisation de formations sur le modèle des ateliers DOPAMINE du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux
  • l’ouverture des données structurantes du réseau du DIM en les publiant sous forme de jeux de données et de cartographies
  • les Projets structurants tels que les projets « Référentiel francilien » (production d’une infrastructure portant sur les collections de référence (matériauthèques, ossothèques, etc.)  et « Cartable numérique » (valorisation des résultats de la recherche auprès des lycéens), seront basés sur des pratiques de science ouverte

Le DIM met en place des outils visant à structurer la communauté des sciences du patrimoine autour de méthodes de recherche et de pratiques mobilisant la science ouverte.